x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

La synthèse du CSE du 25 Juin 2020

Protime – GA – GT : un bilan inacceptable après 8 mois de mise en œuvre

Dans le cadre de la commission de proximité du CSE (anciennement sujets DP), nous avons passé en revue tous les sujets remontés par les salariés en écarts avec nos accords chalonnais ou les usages en vigueur avant la mise en place de Protime.

 Sous prétexte de contraintes logicielles, la direction ne respecte plus le code du travail, les accords et les usages :

  • des éléments variables ne sont plus payés;
  • des compteurs n'apparaissent pas ou ne sont pas actualisés correctement (CP, CHV, CET, CETI, ….);
  • des journées de récupérations (ACO, JR) ne sont plus utilisables la semaine ou ils sont acquis;
  • le paiement des astreintes sièges;
  • l'outil n'étant pas fiable, les salariés ne peuvent avoir confiance et n'ont pas d'autre choix que de vérifier systématiquement les éléments de paie (heures sup, primes, congés,..).

Malgré les recommandations émises par les élus lors de la consultation sur le déploiement des outils informatiques (formation et appropriation des outils), la direction considère que d'avoir distribué du matériel suffit pour que tous les salariés disposent à toute heure des moyens d'accès aux outils et de saisie de leur activité. La réalité est toute autre et cet outil génère pour tous (collaborateurs, encadrants, managers) une charge supplémentaire importante chaque semaine.

La numérisation de nos outils s'est faite au détriment de l'agilité et la flexibilité indispensables à nos métiers de service.

 Nous avions alerté la direction dès la première présentation qui nous avait été faite qu'il était important d'avoir une solution opérationnelle et fiable, adapté à nos modes de fonctionnement avant son déploiement vers les salariés. Force est de constater que les directives groupe priment sur les contraintes d'établissement et qu'il faut être dans le mur pour espérer réagir. Vos élus vont informer la Direccte (Inspection du Travail) de cette situation inacceptable.

Mois de la sécurité : Vigilance partagée mais sans coûts svp

Arc : Malgré les visites et les recommandations de la CSSCT faites avant la mise en service du bâtiment, aucune mesure n'a été prise par la direction pour supprimer un risque important de chute de plain-pied (encombrement au sol sur le passage des pontiers). La seule action de l'employeur a été de recommander d'être vigilant en se soustrayant à ses obligations de protection des salariés. Nous avons demandé le lancement sans délai des travaux de mise en conformité de l'atelier. Le budget ne doit pas être le pilote de la sécurité.

Charge et activité partielle : état à fin Mai et prévisions pour cet été

Depuis le début de la période Covid, 425 personnes ont été mises en activité partielle.

Les CQPM et les nouveaux embauchés ont été les plus impactés par le dispositif (40 jours en moyenne). Pour les autres, cela représente en moyenne 10 jours.

 Sur la période Juin-Septembre, le dispositif d'activité partielle est prolongé pour les intervenants (IBT, IBX). Les prévisions de charges site ne sont pas revenues au niveau habituel (voir courbe de charge). Vos élus ont insisté pour que cette charge soit répartie entre tous et que les salariés puissent également prendre des congés sur la période pour limiter le recours à l'activité partielle et aux périodes basses.

 L'activité au siège est toujours aussi importante et le nombre de salariés présents remonte progressivement. Un retour en présentiel à 100% rendrait plus contraignant le respect du protocole Covid. Le télétravail doit rester un dispositif à favoriser.

IMPORTANT : Vous pouvez poser vos demandes de congés sans restriction. La direction nous a confirmé que la contrainte de limiter les congés d'été à 2 semaines consécutives était abandonnée.

Restaurant d'entreprise : des prestations loin de l'attendu

Le service de restauration a dû s'adapter au protocole Covid pour assurer la continuité de service. Nous considérons que les conditions sont maintenant réunies pour rétablir un niveau de choix, de qualité et de prix comme auparavant. Une commission restaurant doit se tenir rapidement avec Délisaveurs et la direction pour traiter du sujet.

Pour la suite

La prochaine réunion ordinaire du CSE est prévue le 23 Juillet.

 

Pour plus d'information consultez les élus du CSE.

Rédaction : Carl Fraselle – Philippe Juppet - Frédéric Dugleux.

CSE Framatome Chalon Sully
www.ce-framatomechalon.fr